Blockchain, protocoles décentralisés et crypto-actifs, ou la plus grande révolution technologique et sociétale depuis l’Internet.

Le plein pouvoir alarmant des GAFAs, le nombre de failles techniques, de fuites de données utilisateurs à l’échelle mondiale (Yahoo!, Facebook Cambridge Analytica, Equifax, Home Depot…) et le manque de sécurité due à la centralisation de notre Internet le rendent moins fiable, et de plus en plus vulnérable. Depuis quelques années, un nombre grandissant d’ingénieurs et de chercheurs travaillent sur des solutions à ces problèmes. Nous sommes à l’aube de cet Internet nouveau, décentralisé, reposant sur la blockchain, appelé Web3. Ce blogpost raconte cette transition amorcée de l’Internet d’aujourd’hui à celui de demain, et fait l’état des lieux de ces nouvelles technologies, du marché, de ses futurs leaders, de leurs impacts sur la société et des opportunités d’investissement qui en découlent.

1)Les dérives de l’Internet d’aujourd’hui.

a) Sécurité.

b) Gouvernance.

c) Données personnelles.

L’utilisation des méthodes cryptographiques et de technologies Blockchain, redonne ainsi à l’utilisateur à la fois la propriété et le contrôle de ses données, lui laissant ainsi le choix de les partager, louer, échanger, vendre ou non si bon lui semble.

2)Le caractère essentiel de la décentralisation de notre internet.

Lors des 10 dernière années, Bitcoin a montré un nouveau modèle possible : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, des millions d’individus, aux quatre coins du monde, sont directement intéressés à la réussite d’un projet commun. Et cela, de façon auto-gouvernée et décentralisée. Sur le réseau Bitcoin, tous les jours, des millions d’utilisateurs collaborent, échangent, minent, et contribuent naturellement à la vie et à l’évolution du réseau, sans aucun leader, CEO, comité de direction, contrôle ou quelconque autorité. Par design, le protocole Bitcoin repose entièrement sur la méritocratie, et en étant hébergé à la fois nulle part et partout, il en devient physiquement indestructible.

Pour bien comprendre la suite de cet article, quelques définitions clés:

Centralisé:

Décentralisé:

Bitcoin:

Blockchain:

  • La cryptographie, l’encryption, ou le chiffrage en français, qui permet de transférer tous type de contenus, fichiers ou informations entre ordinateurs sans que personne ne puisse en lire le contenu.
  • Les réseaux peer to peer, qui permettent a plusieurs ordinateurs de se transférer des fichiers directement, sans serveurs centraux.
  • La solution au ‘Byzantine problem’, vieux de plusieurs siècles, qui pose la question suivante: comment un groupe de gens qui ne se connait pas peut établir une relation de confiance et collaborer entre eux.

Dans l’histoire de l’humanité, on a trouvé quelques solutions pour réguler les populations. A l’époque de l’aristocratie, on avait des rois. Dans des monarchie ou des dictatures, on a malheureusement eu, et parfois encore encore aujourd’hui des dictatures. Et plus récemment on a eu la démocratie, ou chacun a le droit de vote. La blockchain est en train de créer une nouvelle solution, qui est le fait que des groupes de gens peuvent trouver un consensus ensemble, sans se connaitre, sur internet, et sans tierce partie. A l’inverse de la démocratie, ce model est dit ‘mérite based’, ce qui signifie que plus tu produis et contribues au réseau ou la communauté, plus tu as ton mot a dire. Tout le monde a le droit de participer, comme une démocratie, mais la, plus tu participes/contribues, plus ton vote va avoir de l impact.

Protocole:

Web3:

  • Le Web1: E-commerce, moteurs de recherche (Amazon, Google & Yahoo!)
  • Le Web2: La couche sociale de l’internet (blogs, forums, Wikipedia, Facebook, Twitter)
  • Le Web3: L’internet décentralisé basé sur les connexions peer to peer, via la blockchain

Exchanges:

Crypto-monnaies / Crypto-actifs:

Quelques exemples de crypto-actifs:

Ethereum:

Stellar:

Orchid:

Filecon:

Basis:

3)Coins, Tokens, et pourquoi les Crypto-monnaies ne sont pas réellement des monnaies.

En achetant un token de Golem, je peux utiliser le service Golem Network, mais c’est aussi une façon d’investir et donc d’avoir une participation directe dans ce protocole, si je suis convaincu qu’il sera un jour adopté par les masses. Nous sommes aujourd’hui en train d’assister à la création de cette nouvelle classe d’assets, appelée crypto-actifs.

4)Pourquoi investir aujourd’hui dans ces protocoles décentralisés.

a)Investir dans les sociétés internet.

b)Investir directement dans les “Protocoles” Internet.

Aujourd’hui, le marché des noms de domaines est de plusieurs milliards de dollars, et a été, pour ceux qui les ont achetés tôt, un investissement avec de retours phénoménaux. Pizza.com, table.com ou n’importe quel nom de domaine de 5 lettres coûtent de nos jours plus de $500k, allant jusqu’à plus de $10m pour les plus valorisés. Initialement achetés quelques dollars, ces noms de domaines ont offert des retours sur investissement bien plus gros que ceux d’Amazon, Yahoo ou Apple.

Il a fallu 20 ans pour que les ‘computer companies’ telles qu’Intel, Apple, Microsoft, HP, Dell dépassent les market cap des géants existants avant eux, et pour que Bill Gates ne devienne l’homme le plus riche du monde.

Il a fallu 20 ans pour que les ‘software companies’ comme Facebook, Google et Amazon égalent et parfois dépassent les ‘computers companies’, et pour que Jeff Bezos surpasse Bill Gates au classement Forbes.

Les protocoles décentralisés d’aujourd’hui et des prochaines années seront les ‘trillions dollars companies’ de demain, surpassant les market cap des géants de l’Internet que nous connaissons aujourd’hui, et les figures emblématiques du marché comme Vitalik Buterin (fondateur d’Ethereum) ou encore Satoshi (mystérieux fondateur du Bitcoin) rejoindront sans doute le top 10 du classement Forbes dans les prochaines années.

5)Nouvelle classe d’actifs. Nouvelle vague de Venture Capitalists.

Un White paper peut facilement atteindre une centaine de pages et comprend une importante partie technique. Arriver à évaluer un protocole demande plusieurs compétences.

En plus des compétences VCs traditionnelles (analyse de l’équipe, taille du marché, état d’avancement du projet, premiers chiffres de croissance, testnet) il faut ajouter de nouveaux aspects tels que l’économie et l’incentive autour du token, la scalabilité et la rapidité de l’adoption par la communauté de développeurs qui bâtiront le projet, la compliance avec les lois et la régulation, constamment en mouvements, ou encore les relations de l’équipe avec les plateformes d’échanges majeures, qui seront les futures places de marché de ces actifs.

6)Le marché, ses cycles et les investisseurs qui le composent.

Côté investissement, on estime à environ 200 le nombre de fonds investissant dans les crypto-actifs créés au cours des deux dernières années. Une partie de ces fonds sont construits sur des structures avec objectifs court terme, et privilégient les ‘short win’ et le trading, au dépend des investissements à long terme. La plupart de ces fonds ont déjà souffert des corrections de marché des derniers mois.

Le marché a fait face à une importante phase d’expansion fin 2017, avec une valorisation totale qui s’est vue multipliée par 15 en 12 mois. L’usage, lui, ne s’est multiplié que par 2, et la correction de 2018 (toujours en cours) a été violente mais saine, aidant les valorisations à se rapprocher de la réalité en terme d’états d’avancement des protocoles et de leur usages.

On observe également une importante fuite des cerveaux, ou les meilleurs développeurs de la Silicon Valley quittent les Facebook, Twitter, Amazon et autres leaders pour créer ou rejoindre des projets décentralisés. Dans cette même lignée, Stanford, MIT, Berkeley ou encore Caltech proposent toutes de nouveaux cours, événements et conférences dédiées à la cryptographie et aux systèmes décentralisés.

Plus personnellement, ayant découvert pour la première fois Bitcoin en 2013, c’est aujourd’hui excitant de voir Wall Street et la Silicon Valley investir massivement ce secteur. Depuis plus d’un an maintenant, pas un mois ne passe sans annonce majeure (CME/CBOE lancent les ‘Bitcoin Futures’, Square ($SQ) intègre Bitcoin dans son application mobile, Facebook a récemment créé un pôle blockchain géré par David Marcus (ex Paypal CEO), Goldman Sachs ouvre un desk consacré aux Crypto-assets, Blackrock s’intéresse de près au marché, Alibaba, IBM déposent de nombreux brevets liés à la blockchain…)

7) Quelques-uns des sujets majeurs de 2019.

Expérience utilisateur

Applications décentralisées (DAPPS)

Interopérabilité

Scalabilité

Stablecoin

Place de marché

Vie privée

Résistance à la censure

Finance et infrastructure de paiement

Messagerie

En définitive, le marché n’est pas encore prêt pour sa phase ‘consumer’, et se concentre pour l’instant sur le développement des protocoles qui permettront de réinventer les grandes industries actuelles comme la banque, les télécoms, l’assurance, les places de marché, et de démocratiser l’accès à ces services aux citoyens des pays en développement (39% de la population mondiale n’a pas accès à un compte bancaire en 2018).

Conclusion

Sur les 1500 projets ayant vu le jour au cours des deux dernières années, une large majorité d’entre eux échoueront avant 2020. Seuls les meilleurs deviendront les ‘Trillions dollars companies’ des 10 prochaines années. Dans un futur proche, des pans entiers de notre économie seront structurés autour de la blockchain et des systèmes décentralisés.

Aujourd’hui, la valeur totale du marché des crypto-actifs oscille entre 200 et 250 milliards de dollars, soit 0.3% du stock market mondial, qui cumule une valeur totale de 64 trilliards de dollars.

En partant du principe qu’un grand nombre de sociétés cotées vont être peu à peu concurrencé par leurs concurrents décentralisés, il est raisonnable de penser que nous sommes sur le point d’assister à l’un des plus grands transferts de richesses de notre histoire.

Bien sur, la route est longue (+10ans) et nous avons en France des talents (ingénieurs, mathématiciens) et des écoles d’un niveau incroyable (Polytechnique, Centrale, Mine, ECE, 42 et des dizaines d’autres) pour se préparer au mieux et devenir un acteur majeur de cette économie nouvelle.

Entrepreneur/Investor.

Entrepreneur/Investor.